article de presse golden azur communication sur carte d'identité numerique en france

À QUOI VA SERVIR LA NOUVELLE CARTE D’IDENTITÉ NUMÉRIQUE, ATTENDUE POUR CET ÉTÉ?

Plus petite, biométrique, la nouvelle carte d’identité numérique sera valable dix ans, contre quinze pour la carte d’identité papier.

Elle était attendue depuis plusieurs années. Par un décret publié ce 14 mars, la carte d’identité numérique a enfin été officialisée. La carte servira de support pour accéder à des services publics ou privés exigeant une identification robuste. Le gouvernement y voit un moyen de lutter contre la falsification mais aussi l’usurpation d’identité.

Pour l’État, l’enjeu est notamment d’éviter d’être dépossédé dans le monde numérique du rôle de garant de l’identité qu’il joue dans le monde physique. Aujourd’hui, les Gafam par exemple proposent déjà aujourd’hui aux internautes d’utiliser leurs identifiants pour avoir accès à bon nombre de services en ligne.

Un composant électronique directement intégré à la carte comportera des éléments biométriques, dont une photo d’identité numérisée de son titulaire, ainsi que deux empreintes digitales. Son lancement est prévu pour l’été 2021.

Dix ans de validité

Parmi les autres nouveautés de cette carte d’identité numérique, sa durée de validité. Cette dernière sera ramenée de quinze à dix ans. Cette nouvelle carte imposera le recueil obligatoire des empreintes digitales, excepté pour les mineurs de douze ans. Est également prévue la présence, sur la carte, d’un cachet électronique contenant des données signées par le titulaire.

La France avait jusqu’au 2 août 2021 pour se mettre en conformité avec un règlement européen et proposer à ses citoyens une carte d’identité biométrique petit format et avec une puce électronique. Elle accuse en cela un léger retard par rapport à d’autres pays européens.

En Allemagne, il est possible de s’authentifier sur un site Web avec une identité officielle depuis dix ans, rappelait en juillet dernier, date à laquelle plusieurs députés français avaient appelé à accélérer le déploiement de la carte d’identité numérique.

Dans un avis rendu public, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), a donné son accord au déploiement de cette nouvelle carte d’identité en soulevant quelques interrogations sur la durée de conservation des données biométriques. Cette dernière a été fixée à quinze ans, contre seulement 90 jours en Allemagne. Le gendarme des données personnelles s’interroge également sur le choix d’une base centralisée pour rassembler l’ensemble de ces données.

La Commission estime (…) que la mise en place et le maintien d’une base centrale de données biométriques ne peut être admise que dans la mesure où des exigences impérieuses en matière de sécurité ou d’ordre public le justifient. Le traitement de données biométriques (image du visage et empreintes digitales), sous une forme centralisée, engendre en effet davantage de risques du point de vue de la protection des données à caractère personnel, peut-on ainsi lire dans l’avis de la Cnil.

#

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *